Contactez nous par email jlh@jlh-energie-formation.com | Contactez-nous par téléphone 01.43.45.11.92 / 06.62.33.46.83
27
SEP
2016
La clé de la bienveillance avec JLH

La clé de la bienveillance

Quel est le point commun entre Fabien Barthez et Winnie Harlow?

Lui:
Joueur de football professionnel, gardien de but de l’équipe de France au crâne rasé pour égaliser sans complexes un cuir chevelu dégarni. Rappelons-nous: son co-équipier venait déposer un baiser amical sur son crâne devenu le porte-bonheur de l’équipe victorieuse.
Elle:
A bien l’âge, la taille, la silhouette des autres mannequins mais elle est atteinte d’une décoloration en plaques de sa peau. Ce vitiligo, maladie de la peau auto-immune qui en faisait l’objet de moqueries des autres enfants à l’école. Ce même vitiligo qui l’a faite remarquer, cette fois de façon constructive, et devenir le mannequin vedette d’une grande marque de couture.
Et tout le monde maintenant s’accorde à la trouver magnifique !

Alors leurs points communs?

Ils ont été, chacun à leur façon et sous les projecteurs des médias, des personnages qui participent à nous décomplexer. En tant que dermatologue, je connais bien la souffrance morale qu’occasionnent des pathologies comme l’alopécie ou le vitiligo, de traitements difficiles. Leur façon de s’afficher suppléait les comportements antérieurs qui cherchent à dissimuler ce qui est différent de la norme.

Merci Fabien! Merci Winnie!

Merci de provoquer en nous la prise de conscience que, au-delà des différences, il nous faut réaliser que la valeur d’un être ne s’arrête pas à son apparence.

J’aurais pu encore vous citer d’autres carrières exemplaires, comme celle de Susan Boyle dont la voix a fait oublier le physique. Et comment ne pas parler dans notre sujet de l’action sociale que mène Nick Vujicic, cet homme sans bras ni jambes et pourtant d’une force morale irréductible qu’il dispense lors de conférences extrêmement plébiscitées dans le monde entier.

Un message pour la tolérance et la bienveillance que l’on doit cultiver dans nos rapports sociaux. Et surtout avec les collègues de travail que l’on côtoie tous les jours !
Notre regard sur l’autre a besoin d’évoluer à rechercher la profondeur d’un individu et ses qualités, sans s’arrêter au « délit de faciès ».
Alors ? Prêts à dépasser les apparences et à découvrir de nouveaux talents?