Contactez nous par email jlh@jlh-energie-formation.com | Contactez-nous par téléphone 01.43.45.11.92 / 06.62.33.46.83
02
JUIL
2018
Vaincre son stress - Ma méthode : la Neuro-énergie. Livre du Dr Jean-Luc Haziza

Vaincre Son Stress

Médecin dans l’âme, j’exerce la dermatologie depuis trente ans. Soigner en restant à la surface de l’épiderme?
Ce n’est pas du tout mon style. Je m’attache tout naturellement à soigner en veillant à considérer l’origine des problèmes.

Le stress est abordé maintes fois au quotidien.

Fort de toute cette expérience, je me suis également spécialisé sur le stress et suis diplômé pour  » Les aspects biologiques et psychosociaux du stress « . J’ai élaboré une pédagogie particulière que je dispense lors des conférences en France comme en Europe, pour ainsi enseigner à mieux gérer son stress.

Livre du Dr Haziza, Vaincre son Stress

Téléchargez un premier chapitre

Resté ému par les multiples suicides en entreprises, en 2009, il me tint particulièrement à cœur d’intervenir sur le stress au travail. Loin des longs discours, je m’efforce d’installer des relations saines, basées sur ce que je nomme les règles d’or: la bienveillance, la gratitude, le respect et le dialogue. Autant de valeurs sociales fondamentales qui semblent trop souvent avoir été oubliées.

De plus j’ai mené une recherche scientifique et propose une vraie valeur ajoutée pour réduire le stress: les séances individuelles de Neuro-énergie®.
La Neuro-énergie® consiste en la stimulation énergétique de points particuliers des mains et de la tête. Elle a été qualifiée d’une étude statistique sur 123 personnes. Celle-ci démontre que la personne perd en moyenne 63% de son stress au décours de la séance!
Sans doute la seule étude réalisée en France sur une méthode énergétique.
Le terme de Neuro-énergie® a été choisi pour illustrer le fait que le cerveau distribue au corps son énergie vitale. En effet, le stress crée comme des courts-circuits qui enrayent la bonne circulation de notre énergie vitale et que la Neuro-énergie® rétablit. D’où le ressenti immédiat de soulagement de toutes les tensions.

 

j’ai recueilli des réflexions comme :

  • « j’ai eu l’impression que mon cerveau respirait! ».
  • « Les responsables d’entreprise devraient faire la queue devant votre bureau! »
  • « En fait j’était déterminée ce matin à déposer ma démission, après avoir assisté à la conférence de Dr Haziza, j’ai compris que je devais changer mon regard et faire un travail personnel. Je reste et je vais le faire »

Initialement, le livre a été rédigé pour répondre au stress professionnel. Mais tout au long de mon ouvrage, j’ai aussi réalisé que le stress personnel, comme dans le microcosme du cercle familial, trouve de grandes similitudes avec le stress professionnel et les solutions sont souvent communes. Un livre qui se lit aisément, qui met à la portée de tous des notions scientifiques et sociales. Ce livre est destiné à tout public et aux acteurs du travail soucieux de trouver enfin une solution au stress.

Cliquez ici pour télécharger un premier chapitre et me faire part de vos commentaires….

11
AVR
2018
Interview pour le magazine la phytothérapie européenne

Interview pour le magazine la phytothérapie européenne

Une technique innovante, non-pharmacologique, de traitement du stress : la Neuro-énergie®

08
MAR
2018
Le Stress comment y remédier ? Conférence du Dr J-L Haziza au Lycée Hélène-Boucher à Paris

Le Stress comment y remédier ? Conférence du Dr J-L Haziza au Lycée Hélène-Boucher à Paris

Les stress fléau de notre société moderne. Il représente en France 50% des arrêts de travail. Comment le définir ? Quel est son impact sur notre santé ? Quels sont les troubles émotionnels qu’il provoque ? Comment et qu’elles sont les solutions pour y remédier.

26
MAI
2017

Tout va très bien, Madame la Marquise, tout va très bien !

Le stress professionnel en France et de façon plus générale dans tous les pays industrialisés, représente un véritable fléau.
Les différentes études statistiques, de divers pays et dans diverses entreprises convergent avec des scores vertigineux:

  • en moyenne 40 à 60 % de salariés sont perturbés dans leur travail à cause du stress
  • 70 à 80% des cadres ont un niveau de stress qui les expose à des pathologies.

Le stress est la deuxième cause d’arrêt de travail, avec un coût social estimé en 2016 à 3 milliards d’euros pour la France.

La lutte contre le stress professionnel est régie par l’article L 41-21 du code du travail: l’employeur est tenu de veiller à la santé physique et mentale de ses employés. Il a une obligation de moyens et de résultats. Au-delà de l’obligation légale, il parait de toutes les façons logique qu’un salarié moins stressé soit plus productif. La vie est bien plus fluide sans stress. L’enjeu est d’atteindre une meilleure productivité dans une ambiance de travail saine. Ainsi, il paraîtrait logique avec tous ces arguments que les chefs d’entreprises soient attentifs à développer des solutions contre le stress et par voie de conséquence réduire les arrêts de travail et le turn over.
Chacun y va de son analyse sur la part de responsabilité entre la vie privée et la vie professionnelle, sur  les conditions de travail, sur les difficultés socio-professionnelles…
Mais le temps de l’analyse est passé, il faut maintenant réunir les efforts des différents acteurs de la lutte contre le stress pour réagir de façon concrète.

L’an dernier, le France a déploré le suicide de 50 policiers, de 50 médecins et une centaine d’agriculteurs se sont donné la mort. Depuis le début de l’année, 5 internes en médecine se sont suicidés.
Il est grand temps de réagir concrètement! Plus de langue de bois ni d’hypocrisie de certains comités de direction!

Encore trop d’entreprises se contentent d’installer des pseudo-solutions, uniquement pour se dédouaner de la loi et pour sauver les apparences. Combien d’entreprises se disent avoir déjà pris les « mesures nécessaires » comme dans le vieux refrain « la maison brûle mais tout va très bien, Madame la Marquise, tout va très bien! »

J’ai donné au stress au travail le surnom de « syndrome de l’iceberg »!

  • La zone émergée: seulement 10% de la masse totale, représente les drames médiatisés: les burn-out et les suicides qui font la une des médias.
  • La zone immergée: 90% de la masse totale, représente la grande majorité des salariés qui souffrent du stress en silence et qui méritent une prise en charge.

Depuis 2013, je ne ménage pas mes efforts entre mon cabinet et la gestion du stress professionnel:  je propose aux entreprises une formation dédiée à  libérer leurs salariés cadres et non-cadres, du stress.
J’ai développé des conférences pour instruire les collaborateurs à mieux gérer le stress. La pédagogie que j’y dispense est le fruit de 30 ans d’expérience de médecin. Les entreprises où je suis intervenu ont vu diminuer les arrêts de travail et ont noté un investissement accru des salariés dans leurs tâches, un développement du sentiment d’appartenance.

Dans mes conférences, je démystifie le stress, j’y donne une meilleure réflexion sur la vie en collectivité, animée de bienveillance et de gratitude. Le respect réciproque entre les collaborateurs et la direction. Les participants y ont l’occasion d’acquérir plusieurs outils très pratiques à mettre en oeuvre en cas de stress. J’ai également mis à la disposition des entreprises les séances individuelles de Neuro-énergie®. Ces séances sont qualifiées par une étude scientifique.
En moyenne, le stress diminue de 63% au décours des séances !

Un cadre que j’ai pris en soin en prévention d’un burn-out, me déclarait, tant il était impressionné par ses résultats: « Les chefs d’entreprises devraient faire la queue dans votre couloir! »
Les séances permettent ainsi de constater concrètement une diminution importante et immédiate du niveau de stress. Elles réalisent une véritable prise en charge du stress et une prévention efficace des complications liées au stress et du burn-out.

En dehors des frontières de l’hexagone, les chefs d’entreprises semblent beaucoup plus réceptifs et conscients de leur intérêt dans ce que je leur propose. Des entreprises européennes font appel à mon intervention pour améliorer la qualité de vie au travail. En Israël également, une équipe de soignant me demande de les former à la Neuro-énergie®.

Et je n’arrive pas à accepter qu’il faille se battre pour faire du bien.

27
AVR
2017

Interview du Dr JL Haziza par Femmes Magazine Luxembourg

Le Dr. Jean-Luc Haziza est médecin spécialiste installé depuis 26 ans. Diplômé de la Faculté des Sciences Paris Descartes pour les aspects biologiques et psychosociaux du stress, il a axé ses recherches sur la prévention des risques psychosociaux et sur la qualité de vie en entreprise, avec un concept totalement novateur, la Neuro-énergie®, qui unit à la fois sensibilité et expérience scientifique.
Régulièrement à Luxembourg pour différentes conférences, nous lui avons posé quelques questions.

Jean-Luc Haziza Le stress au travail est-il réellement le mal du siècle?
Oui. S’il n’est pas strictement « le mal du siècle », le stress au travail représente tout de même un mal évident de notre société et de notre génération, au point d’être devenu un véritable souci de santé. Le constat est édifiant: le stress est responsable de la moitié des arrêts de travail. Son coût en France est estimé à 3 milliards d’euros: en indemnités, en dépenses de santé, pensions, invalidités… Lisez la suite

 

11
MAR
2015

Les risques psychosociaux et le burn-out

Dans les prochains jours paraîtra le rapport du groupe de réflexion sur « Les risques psychosociaux et le burn-out », mis en place début 2014 par le ministère du travail.

Formé sous l’impulsion d’Ilma Choffel de Witte dont le mari, Nicolas, cadre supérieur à La Poste, victime de burn-out s’est suicidé le 25 février 2013, ce groupe de travail avait pour but de  » clarifier ce que recouvre le burn-out dans l’objectif de donner des recommandations pour mieux prévenir ce syndrome ».

Le thème du burn-out est devenu un sujet d’actualité.
Mercredi 7 janvier, l’institut Think pour le cabinet conseil Great place to work, qui établit chaque année un palmarès des entreprises où il fait bon travailler, a publié son enquête qui a été menée en ligne auprès de 1 000 salariés « avec un échantillon représentatif selon la méthode des quotas (genre, âge, profession, statut, secteur, taille et région) ».

En effet, à la question « êtes-vous confrontés à des situations de burn-out (arrêt de travail soudain suite à un épuisement lié aux conditions de travail) ou à des niveaux de stress très importants »,

  • 17 % des salariés interrogés répondent « oui, pour moi-même, je suis potentiellement en situation de burn-out »,
  • et 31 % « oui, pour des proches dans mon entourage professionnel »

Le 20 novembre 2014, l’organisme de formation et de conseil en ressources humaines Cegos avait publié son « baromètre » 2014 sur le climat social, qui montrait qu’un salarié sur quatre déclarait avoir vécu
« un problème psychologique grave lié au travail (dépression, burn-out) ».

Dans la foulée de la publication de son enquête, en janvier 2014, Technologia avait lancé un appel pour
« reconnaître le burn-out comme maladie professionnelle ».
Le cabinet avait précisé qu’il s’agirait de créer deux nouveaux tableaux de maladie professionnelle : la dépression d’épuisement et l’état de stress répété conduisant à une situation traumatique.

Cet appel a été repris en décembre 2014 par une trentaine de députés de la majorité, à l’initiative de Marie-Françoise Bechtel, députée MRC de l’Aisne, à l’adresse du gouvernement.

Au ministère du travail, où ce sujet est pris en compte, on avance à pas prudents. La DARES, département études et statistiques du ministère, explique qu’elle « ne dispose pas de chiffres parce qu’il n’y a pas de définition scientifique consensuelle sur le burn-out ».

C’est pourquoi en 2016, une enquête sur les risques psychosociaux sera lancée, conjointement avec l’Insee. Celle-ci devrait être d’une tout autre dimension que les sondages publiés récemment par des cabinets privés.

Source:
Eléments recueillis dans l’article de la journaliste du Monde Francine Aizicovici. En savoir plus

Le secteur des PME est aussi très atteint. 
Le 3 novembre 2014, l’Observatoire Amarok  publiait son étude sur 1000 “patrons” français de PME, artisans, commerçants et professions libérales.
Il montre une surcharge en heures de travail dans 92,8%, la pression de la concurrence (84,6%), le stress généré par la perte d’un client (68,8%), par une facture impayée (67,5%)…, un problème de trésorerie (63,4%), par la pression fiscale (60,6%), par l’absentéisme des salariés (60,3%).
Responsable encore le climat de dévalorisation du “patron” souvent vu comme un profiteur, un fraudeur voire harceleur, en fracture avec les pouvoirs publics qui, selon lui,  le traite en adversaire plus qu’en usager responsable.
Source: Arnaud Le Gal, Les Echos.

 

Il est grand temps de prendre en charge les risques psychosociaux, les solutions existent tant au niveau de l’organisation de l’entreprise que de la sensibilisation et de la formation  des managers et des collaborateurs. Nous proposons notamment la Neuro-énergie comme solution aux risques psychosociaux  et au burn-out. Par son action ciblée sur les centres nerveux du stress, la neuro-énergie donne un soulagement important, très rapide à mettre en oeuvre.
Elle a fait l’objet d’une étude statistique exploratoire. L’intervention en entreprise ne nécessite pas de longue anamnèse. Plus l’intervention sera précoce dans la genèse des risques psychosociaux et meilleure sera la prévention du redoutable burn-out.

Nos prestations peuvent entrer dans le cadre de la formation professionnelle, avec une prise en charge totale ou partielle de l’OPCA.

 

02
MAR
2015

Les Troubles Musculo-Squelettiques

Le risque de  Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) s’accroît avec l’intensité, la durée et la fréquence des expositions aux contraintes physiques.
Les troubles musculo-squelettiques (TMS) constituent la première cause de maladie professionnelle reconnue.
Ils sont définis comme « un ensemble d’affections péri-articulaires qui peuvent affecter diverses structures des membres supérieurs, inférieurs et du dos : tendons, muscles, articulations, nerfs et système vasculaire ».

Les causes d’apparition de TMS sont diverses et souvent multiples. La combinaison de plusieurs contraintes physiques peut augmenter le risque :

  • des paramètres dans l’organisation du travail : horaires, gestion des absences, processus de travail à la chaîne…
  • ou des dispositifs techniques (aménagement des postes et moyens de protection) peuvent avoir un impact sur la charge physique de travail.

Toutefois, les facteurs psychologiques interviennent clairement dans la constitution des TMS.
A l’image des expressions populaires bien expressives « avoir la peur au ventre », « en avoir plein le dos »…

Ainsi, les différents facteurs psychosociaux au travail peuvent contribuer à la genèse des TMS par plusieurs mécanismes.
Il existe donc un lien entre dimension physique (geste professionnel) et dimension psychique.
Certains facteurs psychosociaux, par exemple les exigences quantitatives (intensification du travail et exigences temporelles du travail) peuvent avoir un impact direct sur la charge de travail et contribuer aux TMS.

Par ailleurs, chaque type de contrainte organisationnelle ou psychosociale du travail (ex : exigences quantitatives, latitude au travail, facteurs relationnels, autres exigences mentales et émotionnelles) peut entraîner une astreinte psychologique qui se manifeste par des changements physiologiques.
D’autres conditions de travail connues pour leur effet psychologique néfaste (ex : insécurité dans l’emploi) peuvent également influencer la charge de travail physique et psychologique.

Source :
Le portail de la fonction publique
Le Ministère vient d’éditer le Guide pratique démarche de prévention des troubles musculo-squelettiques (TMS). Edition 2015

Le panel de prestations que nous proposons, au premier rang desquelles la neuro-énergie®, a démontré une efficacité particulièrement rapide sur les TMS liées au stress.
Les témoignages des résultats sur les salariés sont très gratifiants : ils ont bénéficié d’un soulagement important de la douleur, d’un retour à une meilleure fonctionnalité ainsi qu’à un soulagement conséquent de leur stress.


Les dirigeants d’entreprise ont tout intérêt à prendre en compte les TMS afin de permettre à leurs collaborateurs de travailler dans une bonne qualité de vie et ainsi d’optimiser les performances.

13
NOV
2014

Les conséquences biologiques du stress

Les conséquences physiques et psychologiques d’un stress sont liées au terrain : inné, génétique et à l’acquis : le vécu.
Les conséquences d’un stress suivent un schéma biologique qui n’est pas spécifique de la nature de ce stress : conflit, agression, surmenage ….

La réaction d’adaptation du corps humain consiste en une activation de l’axe neuro-endocrinien du stress :

  • Au niveau du cerveau:
    Hypothalamus: libération de CRH (CorticoTrophic Hormone) qui stimule: Hypophyse: libération d’ACTH (Adréno-Cortico-Trophic Hormone)
  • Au niveau endocrinien: Cortico-Surrenales synthèse de Glucocorticoïdes

 

Le stress crée un déséquilibre biologique tel, qu’en réponse, l’organisme réagit par une synthèse accrue de glucocorticoïdes dont le cortisol. Ceci monopolise l’axe hypothalamo-hypophysaire, au détriment des autres synthèses hormonales.
Le stress active également le système nerveux sympathique et les médullosurrénales : libération d’adrénaline et de noradrénaline.

En parallèle au système neuro-endocrinien , et sous le contrôle de l’hypothalamus, les fibres sympathiques et parasympathiques libèrent des neuromédiateurs dans tous les organes endocriniens ou immunitaires et la peau.

La libération de ces substances hormonales endocrines et l’activation des voies du système nerveux autonome expliquent les différents symptômes du stress: tachycardie, gêne respiratoire, troubles psychologiques…

Le soin de neuro-énergie® a la particularité d’agir directement sur les centres nerveux autonomes et le système endocrinien qui commandent les réactions physiques et biologiques du stress.

12