Contactez nous par email jlh@jlh-energie-formation.com | Contactez-nous par téléphone 01.43.45.11.92 / 06.62.33.46.83
18
JUIL
2019
Le bonheur c'est la santé…comment contribuer à une meilleure qualité de vie au travail

Le bonheur c’est la santé…

À moins que vous ne soyez sans doute plutôt habitués à fredonner :  » le travail c’est la santé… » que les plus jeunes ne doivent pas connaître.
« Le travail c’est la santé » est une chanson composée et interprétée, en 1965, par Henri Salvador, chanteur et humoriste.

Paroles :

 

Le travail c’est la santé
Rien faire c’est la conserver
Les prisonniers du boulot
N’font pas de vieux os.

 Ces gens qui cour’nt au grand galop
En auto, métro ou vélo
Vont-ils voir un film rigolo ?
Mais non, ils vont à leur boulot

 Le travail c’est la santé
Rien faire c’est la conserver
Les prisonniers du boulot
N’font pas de vieux os.

 Ils boss’nt onze mois pour les vacances
Et sont crevés quand elles commencent
Un mois plus tard, ils sont costauds
Mais faut reprendre le boulot

 Dire qu’il y a des gens en pagaille
Qui courent sans cesse après le travail
Moi le travail me court après
Il n’est pas près de m’rattraper.

Maint’nant dans le plus p’tit village
Les gens travaillent comme des sauvages
Pour se payer tout le confort
Quand ils l’ont, eh bien, ils sont morts. 

Homm’s d’affaires et meneurs de foule
Travaill’nt à en perdre la boule
Et meur’nt d’une maladie d’cœur
C’est très rare chez les pétanqueurs !

La santé au travail n’est plus vraiment une réalité, en tout cas dans bon nombre d’entreprises.

Le bilan est tristement officiel :

  • Les salariés sont 37% à déclarer connaître une situation de « fragilité professionnelle,
  • en majorité à cause de conditions de travail physiques ou psychiques éprouvantes (31%),
  • une perte de sens et un sentiment fort de déshumanisation du travail (23%),
  • ou une grande difficulté à concilier vie personnelle et professionnelle (11%).

Rapport dans Le Figaro Économie du 26/06/2018.

Burn out… Dépression… Incapacité de travail…
Autant de vies brisées par le travail ou plutôt par une pression au travail qui fait … »péter les plombs » -passez-moi l’expression-

Tirez la sonnette d’alarme

En effet, je tire la sonnette d’alarme parce que l’heure est grave et il n’y a plus de temps à perdre en faux fuyants ou pour la langue de bois.
J’ai participé récemment au congrès médical international d’homéopathie en infectiologie où j’ai pris la parole sur le thème du lien entre stress et infections.
J’ai également été invité cette année au congrès international d’oncologie IFODS à échanger avec mes confrères cancérologues et débattre sur les liens entre stress et cancers.

le stress est immunodépresseur

La preuve est faite : le stress est immunodépresseur. C’est à dire qu’il abaisse les défenses immunitaires.
Les connaissances scientifiques modernes à ce sujet sont indéniables. Les rouages en sont connus. La baisse des défenses s’opère par une altération des lymphocytes T, dont la fonction est justement de détruire les microbes ou les cellules anormales. Détectés et détruits dès leurs apparitions, il n’y aura ni infections ni cancers. C’est le fonctionnement merveilleux de notre système de défense naturel, le système immunitaire qui est altéré par le stress. Les cellules de défense ne sont plus assez efficaces.

Alterner entre quatre nuits de travail et quatre nuits de repos n’est toutefois pas sans risque pour la santé : « J’ai eu des problèmes de dos, de sommeil, de digestion. Il m’est aussi arrivé d’avoir des crises d’angoisses par rapport au surplus de boulot. »
L’Institut national de recherche et de sécurité affirme, dans un dossier consacré, que de nombreux effets psychiques (troubles de l’humeur, augmentation de la dépression, anxiété, irritabilité, troubles de la personnalité) peuvent à terme toucher le personnel de nuit. « Le travail de nuit peut augmenter le risque de cancer du sein chez la femme, qui serait dû aux perturbations des rythmes biologiques. » Une des raisons qui poussent Manon à la réflexion :

« Mon médecin m’avait prévenu qu’au bout de cinq ans de nuit, les effets pouvaient être irrémédiables. Ça fait un an et demi que je songe à repasser de jour. » Publié le 02/07/2019 par Alexandre LOC’H dans LE FIGARO.

 

La qualité de vie et la gestion du stress au travail sont certes des éléments psychosociaux mais bel et bien des atouts pour la santé.

Selon l’ANACT : Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail : « La reconnaissance de la qualité de vie au travail comme source de création de valeur et d’avantage concurrentiel donne lieu à une prise en compte croissante des dimensions liées à la santé et aux conditions de travail. Un enjeu de compétitivité étroitement lié à la capacité de prévenir les situations à risques et de créer les conditions du bien-être au travail. »

 

 » Ils boss’nt onze mois pour les vacances
Et sont crevés quand elles commencent
Un mois plus tard, ils sont costauds
Mais faut reprendre le boulot « 

Il est bien clair que des conditions de travail agréables génèrent une meilleure implication des employés et une production accrue. Notre société doit redonner du sens au travail en matière d’épanouissement et même retrouver ce sens d’appartenance qui animait souvent nos ainés dans leurs entreprises.

Les entreprises ont tout intérêt à veiller au bien être de leur collaborateurs. Elles en ont déjà l’obligation légale par l’article L -4121 du code du travail mais il en va de leur propre intérêt et bénéfice.

 » Homm’s d’affaires et meneurs de foule
Travaill’nt à en perdre la boule
Et meur’nt d’une maladie d’cœur
C’est très rare chez les pétanqueurs ! « 

La liste des pathologies liées au stress ne s’arrête pas là. Les accidents vasculaires cérébraux ou cardiaques en font tristement partie.
Enfin, à propos des économies de santé que l’on nous demande de faire :

L’Assurance-maladie propose à nouveau 2 milliards d’euros d’économies.
Dans son rapport annuel publié, l’Assurance-maladie apporte sa contribution à la construction du budget de la Sécurité sociale pour 2020. Pour la troisième année d’affilée, les économies envisagées avoisinent 2 milliards d’euros, sans compter les baisses de prix du médicament. Les ECHOS, juin 2018.

Le stress est estimé responsable de la moitié des arrêts de travail, directement par les troubles psychologiques et indirectement par les troubles somatiques comme les douleurs articulaires et musculaires, les douleurs de ventre…
Le coût du stress en France est évalué à 2 ou 3 milliards d’euros par an. (Dépenses de frais de consultations et de médicaments, arrêts de travail, pensions d’incapacité et d’invalidité…)

Ainsi contribuer à une meilleure qualité de vie au travail entraîne une économie directe dans le budget de la sécurité sociale.
Nos responsables peuvent apprendre à adopter une meilleure hygiène de vie et améliorer l’ambiance de travail. Est-ce là, tout simplement, la clé du bonheur au travail ?

La santé est si précieuse !

01
JUIL
2019
Le stress en milieu comptable

Le stress en milieu comptable

Conférence organisée par l’Enoes, Ecole de l’expertise comptable et de l’audit, sur le thème du stress en milieu comptable.
Intervention du docteur Jean-Luc Haziza, médecin spécialiste, conférencier-formateur expert de la gestion du stress.
Au programme :
Approche médicale du stress : quels sont les symptômes du stress professionnel, de la dépression, du burn out, quelles en sont les causes…

 

28
MAR
2018
La chute de neige était annoncée depuis plusieurs jours par les prévisions de la météo.

J’en suis tombé à la renverse!

La chute de neige était annoncée depuis plusieurs jours par les prévisions de la météo. Plusieurs jours qui auraient dû servir à mettre en place une véritable prévention.

Gouverner c’est prévoir

…parait-il!

Et puis la demande officielle de laisser son véhicule au garage et de prendre plutôt les transports en commun.
Une belle idée de la prévention routière!

Seulement voilà : les trottoirs restent enneigés et le lendemain, après une nuit de gel, ils sont transformés en véritables patinoires. Le bilan est lourd, les pompiers et les urgences hospitalières sont débordés. Un nombre considérable de fractures:  des poignets, des côtes, des hanches…

Et moi-même… Je suis tombé à la renverse sur le trajet du tramway, sur un trottoir gelé. Blessé au poignet. Ironie du sort mes documents sur la gestion du stress tombés de mon sac se sont étalés eux-aussi sur le trottoir.

Étrangement cette situation présente beaucoup de ressemblance avec le stress au travail.

Le manque de prévention des responsables

Il aurait suffi de saler à l’avance les trottoirs et les passages piétons. De mobiliser les employés municipaux et pourquoi pas demander aux militaires de venir renforcer les effectifs.

Les injonctions contradictoires

Demander à la population de prendre les transports en commun, bien, mais au moins augmenter leur cadence et répondre au besoin accru. Et bien entendu faire dégager les abords des stations. Et bien non, il n’en a rien été, les stations de métro sont restées entourées de verglas.
Le comble ! La neige déblayée des rails du tramway a été amassée en monticules de qui barraient l’accès aux passages piétons des stations.

Les passages piétons et les trottoirs encombrés de neige et de glace.

Au fond marcher sur la chaussée devenait le moyen au moindre mal pour ne pas glisser mais par contre au risque de se faire renverser par un chauffeur distrait ou maladroit.

Les sanctions

 La course aux PV avec ces nouveaux employés chargés de ratisser les rues de Paris et de verbaliser les véhicules en stationnement.
Paradoxe: les autorités nous ont recommandé de ne pas prendre notre véhicule et elles sanctionnent le stationnement ?!

Le plus douloureux : l’indifférence

Le plus pénible lors de ma chute et pour moi, le plus  significatif a été le regard indifférent de cet homme qui m’a vu  tomber, qui n’a pas fait le moindre geste pour m’aider ni même adopté une expression compatissante. Non, une lamentable indifférence…

 En fait, il y a trois regards que l’on peut porter sur la vie :

  1. Mener sa vie avec des œillères : ce qui se passe n’est pas son problème, rester fermé à tout ce qui n’est pas dans son cadre. Comme ce spectateur de ma chute.
  2. Mener sa vie en mercenaire : avec la soif d’arriver, avec de griffes et des crocs. Comme dans cette vidéo publiée sur FB: Postés à un angle de rue très glissant, deux imbéciles se sont amusés à rire des gens qu’ils filmaient dans leurs chutes. Au lieu de penser à les prévenir du danger qu’ils avaient repéré.
  3. Mener sa vie avec cœur : animé de bienveillance et de respect. C’est la seule façon que nous ayons de faire évoluer notre société.

 

Ainsi il n’y a pas de vraie frontière entre le stress professionnel et le stress de la vie courante en société, y compris dans le microcosme que représente la famille.

A chacun de nous de créer autour de lui une ambiance agréable, solidaire, aimante. Que ce soit dans la vie courante comme dans le cadre professionnel ou dans le cercle familial. Dans mes conférences je les appelle « les règles d’or »:

La bienveillance, la gratitude et le respect représentent des valeurs fondamentales pour faire progresser une société où il fait bon vivre.

11
JUIL
2017
Le Stress en entreprise en 3 phases

Le stress en entreprise en 3 phases

Le stress au travail peut se résumer en 3 phases :

  1. Alarme
  2. Résistance
  3. Épuisement
26
MAI
2017

Tout va très bien, Madame la Marquise, tout va très bien !

Le stress professionnel en France et de façon plus générale dans tous les pays industrialisés, représente un véritable fléau.
Les différentes études statistiques, de divers pays et dans diverses entreprises convergent avec des scores vertigineux:

  • en moyenne 40 à 60 % de salariés sont perturbés dans leur travail à cause du stress
  • 70 à 80% des cadres ont un niveau de stress qui les expose à des pathologies.

Le stress est la deuxième cause d’arrêt de travail, avec un coût social estimé en 2016 à 3 milliards d’euros pour la France.

La lutte contre le stress professionnel est régie par l’article L 41-21 du code du travail: l’employeur est tenu de veiller à la santé physique et mentale de ses employés. Il a une obligation de moyens et de résultats. Au-delà de l’obligation légale, il parait de toutes les façons logique qu’un salarié moins stressé soit plus productif. La vie est bien plus fluide sans stress. L’enjeu est d’atteindre une meilleure productivité dans une ambiance de travail saine. Ainsi, il paraîtrait logique avec tous ces arguments que les chefs d’entreprises soient attentifs à développer des solutions contre le stress et par voie de conséquence réduire les arrêts de travail et le turn over.
Chacun y va de son analyse sur la part de responsabilité entre la vie privée et la vie professionnelle, sur  les conditions de travail, sur les difficultés socio-professionnelles…
Mais le temps de l’analyse est passé, il faut maintenant réunir les efforts des différents acteurs de la lutte contre le stress pour réagir de façon concrète.

L’an dernier, le France a déploré le suicide de 50 policiers, de 50 médecins et une centaine d’agriculteurs se sont donné la mort. Depuis le début de l’année, 5 internes en médecine se sont suicidés.
Il est grand temps de réagir concrètement! Plus de langue de bois ni d’hypocrisie de certains comités de direction!

Encore trop d’entreprises se contentent d’installer des pseudo-solutions, uniquement pour se dédouaner de la loi et pour sauver les apparences. Combien d’entreprises se disent avoir déjà pris les « mesures nécessaires » comme dans le vieux refrain « la maison brûle mais tout va très bien, Madame la Marquise, tout va très bien! »

J’ai donné au stress au travail le surnom de « syndrome de l’iceberg »!

  • La zone émergée: seulement 10% de la masse totale, représente les drames médiatisés: les burn-out et les suicides qui font la une des médias.
  • La zone immergée: 90% de la masse totale, représente la grande majorité des salariés qui souffrent du stress en silence et qui méritent une prise en charge.

Depuis 2013, je ne ménage pas mes efforts entre mon cabinet et la gestion du stress professionnel:  je propose aux entreprises une formation dédiée à  libérer leurs salariés cadres et non-cadres, du stress.
J’ai développé des conférences pour instruire les collaborateurs à mieux gérer le stress. La pédagogie que j’y dispense est le fruit de 30 ans d’expérience de médecin. Les entreprises où je suis intervenu ont vu diminuer les arrêts de travail et ont noté un investissement accru des salariés dans leurs tâches, un développement du sentiment d’appartenance.

Dans mes conférences, je démystifie le stress, j’y donne une meilleure réflexion sur la vie en collectivité, animée de bienveillance et de gratitude. Le respect réciproque entre les collaborateurs et la direction. Les participants y ont l’occasion d’acquérir plusieurs outils très pratiques à mettre en oeuvre en cas de stress. J’ai également mis à la disposition des entreprises les séances individuelles de Neuro-énergie®. Ces séances sont qualifiées par une étude scientifique.
En moyenne, le stress diminue de 63% au décours des séances !

Un cadre que j’ai pris en soin en prévention d’un burn-out, me déclarait, tant il était impressionné par ses résultats: « Les chefs d’entreprises devraient faire la queue dans votre couloir! »
Les séances permettent ainsi de constater concrètement une diminution importante et immédiate du niveau de stress. Elles réalisent une véritable prise en charge du stress et une prévention efficace des complications liées au stress et du burn-out.

En dehors des frontières de l’hexagone, les chefs d’entreprises semblent beaucoup plus réceptifs et conscients de leur intérêt dans ce que je leur propose. Des entreprises européennes font appel à mon intervention pour améliorer la qualité de vie au travail. En Israël également, une équipe de soignant me demande de les former à la Neuro-énergie®.

Et je n’arrive pas à accepter qu’il faille se battre pour faire du bien.

27
AVR
2017

Interview du Dr JL Haziza par Femmes Magazine Luxembourg

Le Dr. Jean-Luc Haziza est médecin spécialiste installé depuis 26 ans. Diplômé de la Faculté des Sciences Paris Descartes pour les aspects biologiques et psychosociaux du stress, il a axé ses recherches sur la prévention des risques psychosociaux et sur la qualité de vie en entreprise, avec un concept totalement novateur, la Neuro-énergie®, qui unit à la fois sensibilité et expérience scientifique.
Régulièrement à Luxembourg pour différentes conférences, nous lui avons posé quelques questions.

Jean-Luc Haziza Le stress au travail est-il réellement le mal du siècle?
Oui. S’il n’est pas strictement « le mal du siècle », le stress au travail représente tout de même un mal évident de notre société et de notre génération, au point d’être devenu un véritable souci de santé. Le constat est édifiant: le stress est responsable de la moitié des arrêts de travail. Son coût en France est estimé à 3 milliards d’euros: en indemnités, en dépenses de santé, pensions, invalidités… Lisez la suite

 

23
SEP
2016

Colloque sur le stress Le POINT

Le 22 septembre 2016 s’est tenu le colloque : « Stress, santé et qualité de vie au travail ».

Organisé par LE POINT à Paris. Les débats ont été animés par Anne Jeanblanc, journaliste LE POINT,  qui a réuni 14 intervenants de profession diverses pour tenter par leur participation active de décrypter les nouveaux axes de la prévention du 3ème plan santé au travail de 2016-2020 :

Ce colloque s’est tenu avec la participation active de DECHERT LLP, GENERALI et SEMAPHORES ENTREPRISES, autour des grandes questions suivantes :

  • De quelle palette d’outils l’entreprise dispose-t-elle pour prévenir le stress et actionner l’un des premiers leviers du bien-être : LE CAPITAL HUMAIN
  • Comment résoudre ce facteur n°1 du stress et du mal être pour gagner en efficacité ?
  • Le Burn-Out : où en est-on ? : La loi sur le dialogue social loi « Rebsamen » fut un premier pas dans la reconnaissance des maladies psychiques dans les maladies professionnelles.

 

Le dialogue des intervenants a débouché sur la réalité dure du «travail ensemble» qui traverse une crise majeure en France  et affecte la santé psychique des salariés et représente un  coût  considérable pour l’entreprise (arrêt de travail, burn-out etc…).
A ce titre, le Docteur Jean-Luc HAZIZA, est intervenu pour souligner l’urgence de remettre dans tous les secteurs d’activités de l’entreprise, les valeurs sociales comme «la gratitude, le respect, la bienveillance» des managers envers leurs subordonnées et réciproquement.
Son intervention a soulevé l’enthousiasme des intervenants (scientifique, philosophe et entrepreneurs).
Le constat est unanime de rapports humains dégradés aujourd’hui dans l’entreprise que seules des valeurs sures pourront pallier.
Les intervenants ont relevé l’importance du rôle des partenaires sociaux et des outils qui leur permettront d’éduquer  leurs  attitudes au travail pour le respect de tous et la qualité de vie au travail afin de préserver le travailleur dans sa dignité d’être humain.

 

 

17
MAR
2016
Luxembourg : le pays le plus riche de l'UE n’échappe pas au

Luxembourg : le pays le plus riche de l’UE n’échappe pas au burn-out

Quand on pense au Luxembourg, on pense souvent en premier lieu à ses atouts économiques : un taux de chômage très faible et une bonne protection sociale.
L’Eldorado pour tout salarié ? Pas si sûr. Il n’y a pas de rose sans épines…

A l’instar de la France, le Luxembourg n’échappe pas au problème du burn-out. 43 % des salariés du Luxembourg se disent «stressés, continuellement ou très souvent» et deux salariés sur dix pensent avoir subi des périodes de burn-out, selon une étude TNS-Ilres de 2010 réalisée pour la Chambre des salariés. Tous les secteurs d’activité sont touchés par le phénomène et en particulier les secteurs du social et de l’éducation.

Un tableau sombre, très sombre. En 2012, le ministre du Travail et de l’Emploi parlait même de « réalité dramatique ». Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Sur les 80 suicides recensés chaque année au Luxembourg, 8 à 10 sont imputables à un burn out ou un harcèlement au travail. 15 % de l’absentéisme en entreprise est lié au stress et 10 % des démissions sont générées par ce même stress lié aux mauvaises conditions et au mauvais environnement de travail. Selon le Quality of Work Index 2014 de la Chambre des salariés, «l’indice burn-out» du Luxembourg est à 3,9. La note 5 étant celle de la meilleure qualité de travail.

Tout comme en France, au Grand-Duché, le burn-out n’est pas reconnu comme étant une maladie professionnelle. Mais si la France a enfin lancé un groupe de travail pour réfléchir à la question, au Luxembourg, la tendance est au « circulez, il n’y a rien à voir ». « Une inscription générale au tableau des maladies professionnelles n’est actuellement, d’un point de vue médicolégal, pas justifiée», a indiqué Nicolas Schmit, ministre du Travail. « La plupart des études scientifiques et médicales concluent non seulement qu’il n’est pas démontré que certains secteurs ou groupes professionnels déterminés sont plus exposés que d’autres», a argumenté le ministre.

Un argument certes politique et qui a un fondement financier mais un argument qui ne justifie pas pour autant que les entreprises doivent rester inertes face à cette épidémie de salariés en souffrance. Car ne perdons pas de vue que le burn-out coûte cher aux entreprises !

La Chambre des salariés a créé, il y a quelques années déjà, en partenariat avec la Ligue Luxembourgeoise d‘Hygiène Mentale un service de conseil «stress» afin d’offrir des aides concrètes.
La «Stressberodungsstell» conseille gratuitement tout salarié concerné. Le but est de trouver ensemble avec lui des solutions appropriées pour l’aider à sortir du cercle vicieux.
Les mesures concrètes proposées peuvent être tout aussi variées que les raisons du stress chronique ou du burnout. Dans une thérapie de courte durée, des stratégies pour épauler le salarié à mieux gérer les conditions malsaines sont élaborées », explique la CSL.

Il est urgent que les employeurs cessent de jouer aux abonnés absents et s’engagent à leur tour dans la marche vers une prévention du burn-out !

26
FéV
2016
Burn-out: le syndrome de l'iceberg

Burn-out: le syndrome de l’iceberg

Notre société s’interroge sur le mal-être au travail. Phénomène nouveau?

J’ai déjà développé les différences avec les générations de nos pères dans le post du 23 avril 2015: “Stress au travail: quelles différences avec nos aînés?”. J’y discutais les avantages de plus de souplesse dans la gestion administrative, plus d’offres d’emploi donc moins de stress à quitter son travail en cas de conflit…

Aujourd’hui le burn-out tient l’actualité: discussion parlementaire de sa reconnaissance comme maladie professionnelle, colloque de décembre 2015 souffrance des professionnels de santé et l’enquête du cabinet Stéthos sur le burn-out des médecins, plusieurs articles de presse…
Voici quelques faits au moins significatifs d’une prise de conscience de notre société.

Cependant, à trop occuper le devant de la scène, la petite partie émergée de l’iceberg: le burn-out,  cacherait – il la masse profonde et immergée du stress professionnel qui menace de faire naufrager nos entreprises?

Comme si “ trop d’info tuait l’info”…

En effet, bien sûr, il faut absolument reconnaître la gravité du burn-out et l’augmentation de son incidence dans le monde du travail. Que de vies et de carrières gâchées!
N’oublions pas que le burn-out touche les collaborateurs les plus impliqués: ceux qui dépensent sans compter leur temps et leur énergie pour l’entreprise, que de perte d’exploitation pour les entreprises!

Mais la médiatisation du burn-out, ne doit pas faire  occulter la masse silencieuse des collaborateurs qui souffrent au travail. Ceux-ci ne ferons pas forcément de burn-out, ni se suicideront, mais le stress les ronge et les handicape dans l’accomplissement de leurs taches. Il leur retire tout épanouissement au travail.

Tout comme la partie immergée de l’iceberg – 90% de sa masse totale – cette population majoritaire souffre discrètement, loin des projecteurs des médias.

Les conséquences humaines sont tristes. Le terme de “présentéisme” est apparu pour désigner ces salariés, certes présents au travail mais atteints dans leurs capacité de concentration , ce qui ampute leur productivité.

Une estimation  de 6 heures de travail perdues par semaine par le salarié dans cet état! Quasiment une journée par semaine perdue!
(sources: Diplôme Universitaire sur les aspects biologiques et  psychosociaux du stress 2013/ 2014)

La gestion du stress professionnel passe par une prévention active pour intervenir prioritairement  à ce stade sur les collaborateurs et réduire ainsi l’incidence des formes graves et souvent irréversibles de stress compliqué: dépression, syndromes anxieux, burn-out.

 

La véritable prévention passera par un retour aux valeurs fondamentales de la vie en société.

  • Cultiver la bienveillance vis à vis de ses collaborateurs
  • Le respect mutuel
  • Restaurer le dialogue dans l’entreprise. Nous avions témoigné déjà du bien fondé de la “boite à idées”: les bonnes idées de développement peuvent germer chez des collaborateurs.
  • Revenir à un regard positif

 

C’est aussi la devise de Paris: “ fluctuat nec mergitur”

12